21 ième siècle : Le retour de Babel.

Il y a plus de 4 000 ans, les fils de Noé auraient voulu élever une TOUR pour atteindre le ciel.

Ça se passait à Babylone, alors Capitale intellectuelle et religieuse de la Mésopotamie,

 aujourd’hui IRAK. Ils échouèrent dans leur tentative titanesque de s’élever au-dessus

des pays voisins dont la Perse, aujourd’hui l’IRAN. Ils se faisaient la guerre depuis toujours

au nom de leurs dieux invisibles qui leur dictaient de tuer, d’assujettir et réduire à l’esclavage

hommes, femmes, enfants, fruits de leurs victoires… Ils échouèrent dans leurs tentatives.

Ils furent tellement nombreux à vouloir le pouvoir, la puissance, la gloire qu’ils se détruisirent

entre eux, inventant mille complots pour arriver à leurs objectifs : posséder toute la terre qu’ils

transmettraient à leurs descendants. Enlisés dans leurs projets machiavéliques, ils n’arrivaient

plus à s’entendre et à se comprendre, inventant un nouveau langage qu’on appela LA LANGUE

DE BABEL.

En 2017, on ne parle plus d’élever des tours. Non, on veut élever des MURS. Après les Juifs

en Israël, au tour des Américains… Même le petit patelin de Drummondville a songé ériger

un MUR à St-Nicéphore, sous la férule de son maire Cusson pour cacher et contenir les odeurs

nauséabondes et cancérigènes d’un projet d’usine de Bitumineux. C’est le maire Cusson

qui annonça lui-même ce plan simpliste et irréalisable pour imposer ce projet PAYANT

pour la Ville et INTOXICANT pour St-Nicéphore. Ce projet avorta faute de trouver COMMENT

trouver la hauteur nécessaire pour contenir tout cet air contaminé… Le maire et son conseil

se remirent au travail pour chercher d’autres projets POLLUANTS- PAYANTS à côté des

immondices déposées par 48.2% de la population du Québec à St-Nicéphore , proche de la

rivière St-François.

TRUMP et CUSSON, même mouture, même langue de Babel. Les 2 sont entièrement

vendus au profit, au service des industries, des Multinationales, des guerres, de

l’exploitation des gaz et pétrole, au détriment de la Terre, de la pollution de l’eau,

de l’air, du sol, empoisonnant habitats, habitants, animaux, cours d’eau. Ces 2  «  Babelous »

ont les même discours mensongers, hypocrites et trumpeurs : Ils disent OUI quand ils

pensent NON, Ils musellent la presse, Ils déforment les paroles de citoyens en droit de

se faire entendre pour les faire mal paraître. Pendant que Trump envisage d’exploiter

davantage le nucléaire et tout type d’armements , qu’il bannit la Presse qui ne fait que

rapporter ses propres déclarations ( les accusant de mentir sur des faits avérés ),

à Drummondville, l’autocrate Cusson, à plus petite échelle, le copie. Il a fermé la porte

à l’opinion citoyenne dans le seul petit Média du coin, le journal l’Express Internet

et Papier. Pour montrer sa magnanimité, il a entrouvert la porte aux citoyens pour

s’exprimer lors de la période de questions, rappelant que cette période n’en est pas

une de discussion, simplement de « petites » questions auxquelles il répond parfois

par des menteries. S’il laisse un citoyen développer quelque peu ses questions, le soir même ou

le lendemain à la première heure, il reprend le sujet avec un journaliste choisi, déformant

les propos du citoyen pour le faire mal paraître. À l’exemple de Babylone, jadis Capitale

intellectuelle et religieuse de ces temps anciens, le maire Cusson inscrit Drummondville

en Capitale de tout, du développement, du sport… Il ne lui manque que le titre de

CAPITALE des vidanges du Québec , puisqu’il impose sur le territoire de St-Nicéphore

les ordures de près de la moitié de la population du Québec.

D’autres élèves « trumpistes » trônent au Québec. Nommons Philippe Couillard,

le maire Coderre, d’autres maires démissionnaires ou démis quand ils furent pris

la main dans le sac dont beaucoup d’entre eux ne paieront pas pour leurs vols et

malversations envers leurs électeurs, CAR tout le monde a droit à être défendu,

quelquefois à nos frais. Ils disent que la JUSTICE a le bras long. Je dirais plutôt qu’elle

sert les intérêts des dirigeants et fraudeurs. On n’a qu’à penser à ce gouvernement

libéral acoquiné à la MAFIA qui s’est caché derrière les Commissions Bastarache

et Charbonneau, payées par le peuple floué sur tous les plans. Une justice de pacotille.

Une police ( SQ, SPVM, AMÉRINDIENNE ) qui condamne des innocents, fabrique des

preuves, dégaine et tue des citoyens, abuse et viole femmes et enfants dans les communautés

amérindiennes.

Sans compter les gouvernements de Trudeau et de Couillard, qui non seulement ouvrent

le Québec aux réfugiés, mais accusent les québécois de RACISTES parce            que nous refusons

le pouvoir des religions sur nos vies. Dans le même temps, ils veulent garder les québécois

au travail jusqu’à 70 ans, les accusant même de paresse, à l’instar de Lucien

Bouchard. Eux qui ont tenu un crayon toute leur vie, grassement payés, se permettent

de juger la masse de petits salariés fatigués, voulant les garder au travail jusqu’à leur

dernier souffle. Ces faibles salariés et j’en connais beaucoup n’ont pour la plupart

jamais pu se payer des vacances ni même amasser un fond de retraite.

Pendant ce même temps, ces gouvernants bien nantis ne paient pas leur juste part

et cachent leur argent dans des paradis fiscaux tout en proclamant que tous ont

droit à la justice et à l’équité…

On est en droit de se demander COMMENT tout ça va finir.

Henriette Yergeau