En  » amputant « le Boul. Jean-de-Brébeuf pour aménager 2 pistes cyclables, Drummondville ATTENTE à la SÉCURITÉ et la QUALITÉ DE VIE des citoyens qui y vivent depuis plus d’une quinzaine d’années.

Lundi soir, le 10 avril 2017, à la période de questions au Conseil de ville, des résidents et résidentes sont venus demander à la ville de reconsidérer sa décision prise UNILATÉRALEMENT d’ implanter une piste cyclable de chaque côté de Jean-de-Brébeuf, interdisant désormais tout stationnement sur la rue devant les résidences, l’espace étant dorénavant strictement réservé aux pistes cyclables.  Ces résidents, une quinzaine ( Daniel Farley, Daniel Laterreur, Johanne Grenier, Marie-Claude Beaudoin, …) ont remis une pétition. Ils ont reproché à la ville de ne pas les avoir consultés. Eux qui résident là depuis nombre d’années on fait part des problèmes que ces changements leur causeraient. Ils demandent à la ville de reconsidérer sa décision et d’implanter ces pistes cyclables sur des chemins voisins parallèles.

La ville allègue avoir décidé ce projet avec des représentants de la Sûreté du Québec, de l’ingénierie, des travaux publics pour des questions de sécurité et pour mieux desservir la Collectivité.

Les problèmes anticipés et nommés par ces résidents : RESTRICTION D’ACCÈS À LEUR PROPRIÉTÉ ET ENTRÉE, IMPOSSIBILITÉ D’ACCUEILLIR PARENTS, AMIS, CLIENTS … car pas de place pour stationner leur voiture. Sur semaine, DIFFICULTÉS DE SORTIR DE CHEZ EUX,, devant composer avec les intersections, les stops, les autobus scolaires, les camions, les bacs de vidanges, les cyclistes engagés sur la piste… Aussi, en plus d’ajouter de potentiels  dangers de collisions,  cette interdiction de stationnement causera des PERTES D’ACCÈS ET PERTES FINANCIÈRES pour les commerces déjà établis; salon de coiffure & beauté, épicerie…

Ajoutons que ce projet ne diminuerait en rien LE TRAFIC, encore plus dense aux heures de pointe. Ce trafic vient de la 55, du Boul. Tourville, de St-Germain vers la ville et vice-versa.

Avant de clore l’assemblée et près avoir dit à M. Daniel Farley que son conseil reconsidérerait la question, le maire a dit à son journaliste attitré : « … jusqu’à maintenant, ces arguments n’étaient pas de nature à réviser cette décision ». Lu dans le journal Internet le lendemain et le journal papier du 12 avril.

Pour terminer, ces résidents ne sont pas les seuls à s’opposer à cette décision de la ville prise sans consulter la population. Si la ville en doute, elle n’a qu’à soumettre la question à la population de Drummondville dans son ensemble. Beaucoup appuient les résidents de ce quartier et voudraient s’exprimer. Nombreux sont ceux qui voient dans ce projet non seulement des désagréments pour les habitants du coin, mais de GROS PROBLÈMES DE SÉCURITÉ pour TOUS : AUTOMOBILISTES et CYCLISTES compris.

Henriette Yergeau