LE BONHEUR EST INSAISISSABLE…

Le Bonheur est insaisissable, il court, ne s’arrête jamais, impossible à définir, instable, conditionnel à… Le bonheur se rapporte à L’ÊTRE et exige certains AVOIRS pour maintenir un certain état de BIEN-ÊTRE chez tous les êtres vivants.

Pour être dans un état de bonheur, tout être dont l’être humain a des besoins exigeant d’être comblés : eau-air purs, terre saine, nourriture, abri, sommeil, protection, soleil, chaleur… À ces besoins essentiels s’ajoutent la reconnaissance, la différenciation, l’acceptation et l’estime de soi et des autres, le partage, l’épanouissement, la liberté, l’égalité, la justice distributive, l’entraide, le respect, la paix…

Le bonheur est relié à la collectivité, au destin qui nous fait naître dans tel pays plutôt qu’un autre. Il dépend des gouvernements et gestionnaires qui administrent et gèrent nos coins de terre. Et au cours des siècles, ce bonheur individuel est conditionnel à ces justes et injustes gouvernants qui ne cessent de CLAIRONNER ( faussement ) qu’ils créent le bonheur de leurs citoyens… Ils disent : « On veut ton bonheur, ton bien » et on devine la fin, « on t’aura ». Leur erreur est que quiconque ne crée le bonheur. Le bonheur est dans L’ÉTAT et non dans LE FAIRE et L’AVOIR, les POSSESSIONS et le CAPITAL.

Ces gouvernants s’approprient la terre et surexploitent ses ressources limitées. Sous prétexte de progrès, ils cachent des intentions purement économiques. Plus de FRIC pour leurs amis financiers, industriels et commerçants. Plus de pouvoirs : voler et s’accaparer d’autres terres par les armes, les guerres, le commerce de gaz-pétrole-plastic-pesticides-déboisements-disparition de milieux humides et bio-diversité, surconsommation, attaques à l’eau potable, à l’air, pollution des cours d’eau…

Au 21 ième siècle, c’est une bêtise pour un maire de proclamer sa ville CAPITALE DU DÉVELOPPEMENT, de se percevoir et s’annoncer CRÉATEUR de bonheur. Au contraire, il crée le malheur entre autres dans les districts 10-11 de notre ville en ne réglant pas 2 importants dossiers de pollutions : 1. Sonore et aux gaz depuis 2017 venant de l’école de pilotage ; 2. Méga-dépotoir WM recevant les ordures étrangères ( gaz polluant eau-air-sol ) alors que les ordures de notre MRCD iront à l’extérieur dès le 1 janvier 2019. De plus, le 19 nov. 2018, alors qu’il a annoncé au Conseil de ville, que Drummondville se joignait à 150 autres villes pour lutter contre les gaz à effets de serres et les changements climatiques, il annonçait la venue d’une usine de BITUMINEUX en milieu urbain, district 10, au même endroit qu’en 2016, alors que le promoteur avait laissé tomber ce projet qui, affirmons-le, est excessivement polluant. Son exploitation déverserait dans l’air de minuscules poussières de SILICE CRISTALLINE s’attaquant aux poumons, au cœur, provoquant cancers et se déposant sur les propriétés proches. Ce n’est pas parce que les villes sont devenues gouv. de proximité qu’une ville a le droit d’attenter à notre santé en acceptant l’implantation d’une énergie sale en milieu urbain en échange de fric. S’il le faut, nous ferons appel au gouv. Legault qui refuse le sale pétrole d’Alberta et qui respecte la Non-Acceptabilité sociale contre les exploiteurs d’énergies sales, même en échange de profits.

Il serait temps que ces fous qui nous gouvernent se calment, qu’ils cessent de contribuer à l’anéantissement du monde. Au lieu de voyager frénétiquement d’un avion à l’autre, qu’ils méditent calmement sur la vacuité de leur existence et mettent fin à leurs objectifs de posséder et détruire la terre.

Le Bonheur tient à la qualité de L’ÊTRE, au respect de la vie et non à l’ÉTOURDISSEMENT et à la COURSE aux AVOIRS, PLAISIRS et POSSESSIONS.

Henriette Yergeau, le 30 déc. 2018