Partout dans le monde, des pesticides et insecticides ont investi l’agro-alimentaire.

Les compagnies : Amazon, Ebay, Bayer et le puissant MONSANTO.

Au CANADA, au QUÉBEC, à DRUMMONDVILLE, nos sols et nos semences sont arrosés de GLYPHOSATE. Nous mangeons et buvons de ce POISON.

Au CANADA, en 2019, SANTÉ CANADA a remplacé 20 honnêtes scientifiques opposés à l’empoisonnement des pesticides et insecticides produits par MONSANTO par 15 scientifiques véreux qui ont sorti un rapport niant la toxicité de ces produits, suggérant à SANTÉ CANADA d’autoriser MONSANTO à utiliser ses produits empoisonnants pour 15 ans.

Au QUÉBEC, en 2019, le récent ministre de l’Agriculture André Lamontagne de la CAQ, vient de renvoyer un honnête AGRONOME qui travaillait à ce Ministère depuis 32 ans. Motif de renvoi : Ce fonctionnaire, Louis Robert, après avoir tenté sans succès d’informer ses instances supérieures des toxicités des produits Monsanto, a informé le journaliste de Radio-Canada Thomas Gerbet du dossier ainsi que de l’influence des lobbyistes Monsanto sur le Ministère de l’Agriculture de sorte que Québec a autorisé l’usage des pesticides et insecticides comme SANTÉ CANADA avant lui, sans analyser les impacts empoisonnants sur l’Environnement et la Santé. La CAQ lui reproche d’avoir voulu informer la population sur les dangers de ces produits et l’ingérence de MONSANTO dans ce Ministère. Le premier ministre Legault a appuyé son ministre Lamontagne dans ce dossier. C’est pourtant ce même Legault qui disait le soir des élections : «  Je serai le premier ministre de tous les Québécois, Je veux pouvoir regarder mes 2 fils dans les yeux ». « Je ne veux pas des énergies sales, que des énergies propres ». Aujourd’hui, M. Legault agit exactement comme les libéraux de Couillard qu’on a mis à la porte et qu’on ne veut plus voir leur face. Il serait bon pour lui de se raviser car il devra rendre des comptes plus vite qu’il ne pense. Nous attendons des ministres qu’ils se comportent en MINISTRES et non en SINISTRES. Nous en avons plus qu’assez d’être des SINISTRÉS.

À Drummondville, en 2018, au Conseil de ville. Le maire Alexandre Cusson et le cons. John Husk ont répondu aux citoyens à 2 reprises lors de la période de questions, qu’ils appuyaient la position du gouvernement fédéral de Justin Trudeau sur la question des pesticides et insecticides, que Drummondville entendait continuer d’en autoriser l’utilisation. Ils ne comptaient pas intervenir auprès des vendeurs et consommateurs pour les informer d’autres méthodes et pratiques plus « propres » pour l’Environnement et la Santé.

On a longtemps affirmé que «  La justice avait le bras long ». C’est VRAI quand la Justice s’adresse aux pauvres, aux démunis, leur enjoignant de respecter les lois, les condamnant lourdement. Mais les riches connaissent un autre traitement : Pour eux, « La justice n’agite que de petits moignons » avec compréhension, amnésie, pardon, absolution totale ($) et aucune exigence de réparation ( petite peine dans la collectivité ). Au 21 ième siècle, la BALANCE de la justice ne penche désormais que d’un bord, CONDAMNANT le JUSTE et RÉCOMPENSANT le PÉCHEUR, ici l’EMPOISONNEUR.

Henriette Yergeau, le 5 février 2019