QUESTIONS AU CONSEIL DE VILLE DU 16 JUILLET 2018:

Aéroport de Drummondville : DRUMMONDVILLE en est le propriétaire, les Drummondvillois en sont les vrais propriétaires. La SDED en assure la gestion avec à sa tête Alexandre Cusson, président et Martin Dupont, directeur général. Restructuration récente de l’aéroport pour des objectifs de Développement économique, d’Attraction touristique, d’Activités sur piste, de Pagents aériens, d’Accueil de gros et bruyants transporteurs, d’Augmentation de trafic aérien, puis depuis 2017, Accueil d’une École de pilotage qui fonctionne à plein régime.

2017 : Allongement de la piste de 2000 pieds aux coûts totaux d’opération de $11 895 300 Millions : Subvention de $3 Millions de Transports Canada…et emprunt bancaire de $8 021 394 Millions ( 67.43% des coûts totaux ) assumés les intérêts en plus par les Drummondvillois, véritables propriétaires et payeurs de l’aéroport de Drummondville.

En 2016, Alexandre Cusson, à la fois maire de Drummondville et président de la SDED annonçait l’agrandissement de la piste pour accommoder les industriels et commerçants. À l’époque, aucune information sur le projet d’inviter l’école de pilotage Select Aviation à s’installer à demeure à l’aéroport Drummondville, ce qui fut fait en silence en 2017 après les travaux d’allongement de la piste.

Select Aviation fonctionne donc à plein régime depuis 2017, provoquant des pollutions sonores et déchargeant des gaz CO2 et Méthane sur le parcours choisi, surtout au-dessus des districts 10-11-12 et autres. Depuis 2017, des plaintes citoyennes furent adressées à la SDED qui n’a donné aucune suite.

Le 4 juin 2018, une première pétition fut remise au conseil de ville demandant la fermeture de l’école de pilotage. Puis une autre pétition de 77 signataires s’est ajoutée et remise le 18 juin. Au total, 122 signataires demandaient la fermeture de l’école de pilotage. Les signataires demeurent tous dans le couloir emprunté en rafales par les élèves pilotes de Cessna, Hydravions, Hélicoptères, Planneurs… sur les districts 10-11-12et autres.

La SDED et Select Aviation partagent le même rêve, soit de faire de l’aéroport Drummondville un aéroport national de renom. Ils n’ont pas d’oreilles pour les graves problèmes de pollutions sonores endurés par les populations situées sur le parcours sans cesse emprunté et réemprunté par les élèves pilotes de 7hre AM jusqu’à plus de Minuit. En plus des pollutions sonores pétaradantes, mentionnons les pollutions de CO2 et Méthane qu’ils nous saupoudrent.

Des études faites par des scientifiques et médecins prouvent que les pollutions sonores répétées produisent des problèmes physiques, psychologiques, cognitifs et mentaux chez tous les citoyens qui en sont victimes.

Déjà le 4 juin, le maire Cusson et son conseiller Pelletier se sont dit excédés lors de la première remise de pétition. De QUOI étaient-ils excédés ? Le lendemain, dans le journal l’Express, le maire disait songer à un règlement autorisant les vols sur semaine jusqu’à 5 hre PM, interdisant les fins de semaine et congés fériés. Vive réplique dans le même journal de Select Aviation qui voulait s’asseoir avec le maire pour garder ses acquis et demander plus… Depuis le 4 juin, les vols se sont succédés à vive allure, sans modération, jour et soir, parfois jusqu’à minuit et demi. Après le 18 juin, ils ont cessé les vols au-dessus du district 12. Ce répit fut de courte durée, car les vols ont repris dès le début de la semaine du 8 juillet. La SDED a aussi essayé de petites variantes de vol dans le même couloir de 3-4 km, un peu plus vers l’est, vers le sud… sans succès car ce couloir trop petit ne permet aucune amélioration satisfaisante. Le 23 juin, l’école de pilotage a fait une haie d’honneur à Justin Trudeau à son arrivée à notre aéroport. Trudeau a repris les termes de Select Aviation pour approuver son implantation sur notre territoire. À croire que ce faisant, il répondait à une demande politique qu’il a exécutée sourire aux lèvres. Spécifions ici que cet aéroport n’appartient pas au fédéral. Les Drummondvillois en sont les uniques propriétaires et en leur nom la SDED gère et signe les contrats. Ce n’est pas à Transport Canada à qui la SDED a logé une demande pour interdire les posées – décollées de 22 h à 7 h le lendemain matin de décider d’implanter une école de pilotage à vie sur notre petit territoire. Les districts 10-11-12 et autres refusent de subir encore et encore les pollutions sonores qui affectent notre équilibre et notre santé. Nous sommes avec les autres districts de Drummondville les propriétaires de cet aéroport, la preuve en est que nous payons avec nos concitoyens la dette bancaire de plus de $8 Millions plus les intérêts. Il faudrait en plus payer de notre santé ? Nous refusons et réclamons la fermeture de cette école de pilotage. Qu’ils s’établissent ailleurs dans un lieu non habité.

QUESTION : M. Cusson, comme Maire de Drummondville, la protection de l’Environnement et des Drummondvillois prime sur vos fonctions de Président de la SDED et de vos manœuvres affairistes aux côtés du directeur général Martin Dupont et de Select Aviation. Vous avez comme Maire un devoir de subsidiarité pour notre population et notre environnement qui doit primer sur votre rôle de Président de la SDED dédié à des intérêts purement économiques. Vous occupez 2 charges qui vous placent en conflit d’intérêt. Les Drummondvillois attendent de vous que vous vous comportiez comme un maire responsable, créateur de bonheur et de qualité de vie pour tous les Drummondvillois, dans l’honneur et l’imputabilité.

MESSAGE À M. HUSK : Le 18 juin dernier, vous disiez ne voir aucun lien avec le plan de Mobilité durable et les Pollutions déversées par les nombreux vols d’avions au-dessus des districts 10-11-12. L’air est un mélange gazeux constitué d’Oxygène (21%) et d’Azote (78%). La marche et le vélo se pratiquent dans cet air gazeux. Quand les petits avions déchargent CO2 et Méthane sur ces districts, leurs gaz toxiques chargent l’air et en font de la POLLUTION DURABLE. L’école de pilotage est un plan de Pollution durable rendant impossible votre plan de Mobilité durable. Un choix s’impose : C’est l’un ou l’autre. Henriette Yergeau