RETOUR SUR LA DÉMARCHE DE 122 SIGNATAIRES QUI DEMANDENT LA FERMETURE DE L’ÉCOLE DE PILOTAGE SELECT AVIATION …

Lettre envoyée au maire Alexandre Cusson et les 12 conseillères et conseillers de la ville de Drummondville avant la prochaine réunion du conseil de ville du 20 AOÛT 2018. Copie conforme sur mon BLOG à : tribunelibredrummondville.com pour consultation citoyenne.

Cette démarche citoyenne vise la fermeture de l’école de pilotage, NON PAS la fermeture de l’Aéroport de Drummondville. L’Aéroport de Drummondville existe depuis 1947. Depuis 1947, beaucoup de citoyens se sont établis à proximité et le long du Boulevard Allard. En 2016, il y eut allongement de 2000 pieds de la piste d’atterrissage, amenant la piste à 6000 pieds. JAMAIS au grand JAMAIS quelqu’un a demandé la fermeture de l’Aéroport de Drummondville. Tous acceptaient que l’aéroport agrandi SERVE les intérêts des industriels SOUCY, SCOTT, GIRARDIN… Ces industriels DÉCOLLENT au besoin et ATTERRISSENT à leur retour sans causer AUCUN DÉRANGEMENT aux voisins de l’aéroport. Il en serait autrement S’ILS VENAIENT TOURNER EN ROND et VOLER AU-DESSUS DE NOS MAISONS dans un rayon de 3-4 km. S’il en était ainsi, NOUS REFUSERIONS ces plans de vols en rafales au-dessus de nos résidences comme le font les pilotes de l’école de pilotage SELECT AVIATION dans des Cessna, Hélicoptères, Hydravions, Planeurs.

Donc, la survie de l’Aéroport de Drummondville n’a jamais été remise en question, Ni hier, Ni aujourd’hui pas plus que demain. Ce que nous remettons en questions et refusons, c’est l’installation de cette école de pilotage en opération depuis 2017, à l’invitation de la SDED et de la Ville. Les élèves pilotes volent en rafales aux 3, 5 ou 10 minutes, 7 jours/semaine, du matin au soir, de 6.30 ou 7.15 AM jusqu’à parfois Minuit et demi. Les vols de soirées se font sans arrêt au-dessus des districts 10-11-12. Jour et soir, ces pollutions sonores rapprochées et répétitives affectent les Drummondvillois plus particulièrement les résidents des districts nommés. Les moteurs à pistons des Cessna atteignent 90 décibels et plus, dont les sons s’apparentent aux bruits des tondeuses à gazon. C’est pour cela qu’on appelle les Cessna les TONDEUSES VOLANTES. Imaginez une soirée paisible alors qu’une tondeuse en marche fait le tour de votre résidence pendant 3 heures. C’est ce que j’ai enduré plus d’une fois et dernièrement, le 31 juillet alors qu’en soirée, les Cessna ont survolé en rafales, aux 5 minutes, ma résidence, durant 3 heures, s’arrêtant à 11.30 PM après un appel exaspéré au conseiller Daniel Pelletier . Ce jour du 31 juillet, des Hélicoptères se sont joints au concert aérien auprès des TONDEUSES VOLANTES pendant toute la journée. Je me dois ici de mentionner que des Hélicos et Hydravions survolent régulièrement la rivière St-François vers le district 1 incommodant fortement les habitants de cette zone survolée par les fortes pollutions sonores en plus de polluer l’eau de la rivière ( que tout Drummondville consomme ).

Les pollutions sonores répétées de 90 décibels et plus par le trafic incessant de l’école de pilotage causent un grand stress et fatigue nerveuse, affectent le sommeil de tous les groupes d’âge ( enfants, femmes enceintes, âgés, adultes ) en plus de causer d’importants problèmes à la santé ( physiques, physiologiques, cognitifs ) nommés par plus d’une étude sur la question. En plus des pollutions sonores, ces avions déversent des gaz toxiques affectant notre environnement ( eau, air, sol ) par les CO2, MÉTHANE et PLOMB ( ce dernier permis dans les courses de bolides sur la piste ). Des études révèlent que même une petite proportion de PLOMB affecte durablement les enfants, les femmes enceintes et les âgés.

Les pollutions sonores et les pollutions de gaz sont de la POLLUTION DURABLE rendant impossible le PLAN DE MOBILITÉ DURABLE que la ville s’enorgueillit de mettre en place.

Ajoutons que cette École de pilotage affecte la valeur mobilière des résidences des districts 10-11-12 régulièrement survolés.

Nous rappelons et affirmons que les gens des districts 10-11-12 ÉTAIENT ÉTABLIS AVANT L’ARRIVÉE DE SELECT AVIATION EN 2017. RIEN ne justifie que ces résidents doivent endurer les pollutions extrêmes de ces INVITÉS DE DERNIÈRE MINUTE, invités en secret par la SDED, par son président Alexandre Cusson et son secrétaire général Martin Dupont. Il se trouve qu’Alexandre Cusson cumule 2 fonctions qui le placent en net conflit d’intérêt : 1. Président de la SDED qui favorise l’école de pilotage et a invité en secret Select Aviation pour des intérêts purement économiques gardés secrets, dont les opérations créent de la pollution durable, attaquent la santé et l’environnement drummondvillois. 2. Maire de Drummondville dont le mandat s’élève au-dessus de la présidence de la SDED, ayant le devoir de protéger l’Environnement ( eau, air, sol ) et la SANTÉ des citoyens et de toute âme qui vive. Il a été élu pour remplir cette charge et il doit en répondre aujourd’hui et demain. Il est imputable de même que ses 12 conseillers élus.

Au niveau de la pollution dans notre ville, rajoutons qu’avec la hausse de consommation de gaz naturel du Monopole GAZ MÉTRO ENERGIR, la pollution s’accroîtra car dans le GAZ naturel, on retrouve 95.4% de MÉTHANE qui accentue le réchauffement climatique.

Une information récente de SANTÉ/SOCIÉTÉ révèle que «  Des enfants du monde entier ATTAQUENT LEURS GOUVERNEMENTS sur le RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE ». Des enfants Américains ( CONTRE la promotion des ÉNERGIES FOSSILES ). Des enfants Colombiens ( CONTRE la DÉFORESTATION ). Des enfants de NORVÈGE, Belgique, PAYS-BAS ( CONTRE les POLITIQUES de leurs Gouvernements RESPONSABLES du RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE.

À FLINT, dans l’État du MICHIGAN, 27 000 enfants susceptibles d’avoir été contaminés au PLOMB en buvant l’eau polluée au PLOMB de la rivière Michigan intentent des poursuites contre leurs DIRIGEANTS. Beaucoup d’entre eux sont MARQUÉS À VIE à tous les niveaux.

Avec la consommation privilégiée du gaz « naturel » toxique MÉTRO ÉNERGIR et les opérations sévèrement polluantes d’une école de pilotage, Drummondville navigue sur une pente dangereuse. Si notre ville se positionne en plus pour l’exploitation du SCHISTE après les élections provinciales, nos enfants Drummondvillois pourront à leur tour se joindre aux autres enfants de la terre et réclamer justice et réparation auprès de leur gouvernement de proximité qui est totalement imputable de sa gestion. Parmi eux, peut-être retrouverons-nous des enfants des conseillers actuels.

Ajoutons que bien que le secteur aéronautique relève de TRANSPORT CANADA, ce n’est pas TRANSPORT CANADA qui a invité SELECT AVIATION pour opérer des cours de pilotage. C’est la SDED avec à sa présidence Alexandre Cusson qui l’a invité et c’est maintenant à lui de lui montrer la sortie. En sa qualité de MAIRE, Alexandre Cusson a le devoir ( de subsidiarité ) et l’obligation de fermer la porte qu’il a ouverte à SELECT AVIATION dont les opérations affectent sérieusement la Santé et l’Environnement des Drummondvillois, plus particulièrement les districts 10-11-12 dont de nombreux enfants. Que le maire Cusson assume ses responsabilités, qu’il fasse « sa job ». Qu’il corrige l’erreur qu’il a faite sans consulter sa population et étudier les impacts nocifs de cette industrie sur sa population, sans acceptabilité sociale.

La gestion des aéroports locaux et régionaux relève des villes qui en sont les propriétaires, ex. : Sherbrooke, Mascouche. Transport Canada n’a pas à dicter aux villes la gestion qu’ils font de leur aéroport, comme imposer à une ville une école de pilotage. Si c’était le cas, il aurait imposé l’école de pilotage à Mascouche, ce qu’il n’a pas fait.

Aujourd’hui, nous réclamons encore purement et simplement la fermeture de l’école de pilotage, le départ de Select Aviation.

Henriette Yergeau, 819 477 8975 , au nom des 122 signataires des pétitions des 4 et 16 juin 2018 remises au conseil de ville.

Le 14 août 2018